Pour tout projet de communication, la première réunion est souvent décisive. Voici une astuce pour mettre votre projet sur les bons rails dès les premiers mots échangés.

La réunion en mode dérapage incontrôlé

Les réunions de brief commencent souvent à l’envers. Qui n’a jamais entendu le commanditaire attaquer bille en tête :

Alors, on voudrait faire un site Internet, mais on sait pas combien de temps ça prend. Vous connaissez un petit jeune qui pourrait faire ça rapidos et pour pas cher ? Pour le contenu, tout est dans la plaquette, il y aura juste les chiffres à mettre à jour.

Stop. Rewind.

Le projet est déjà un échec avant même d’avoir commencé. Un expert « métier » s’est improvisé professionnel de la communication et veut faire le boulot à votre place. Comme un gardien de but qui s’improvise avant-centre, il s’aventure sur un terrain totalement inconnu. Certains ont de bonnes intuitions mais pas de vrai savoir-faire. Dès lors, vous allez devoir ramer pour ramener votre interlocuteur dans son terrain. Vous lui avez laissé l’initiative et vous risquez d’avoir du mal à avancer.

What the f… is your f… problem ?

Le but est d’être le plus rapide et de commencer la réunion par LA bonne question : quel est le problème ?

Ce questionnement dynamique offre au moins deux avantages.

Chacun se concentre sur son expertise.

Les experts « métier » laissent de côté, au moins provisoirement, la solution qu’ils avaient imaginée (plaquette, site Internet, appli). Ils seront même soulagés de pouvoir creuser le sujet qu’ils maîtrisent le mieux : le problème. Aidés par vos questions pertinentes, ils décriront leurs enjeux, leurs cibles, leurs objectifs… Comme le Monsieur Jourdain de la communication, ils feront un brief sans même s’en rendre compte.

Les participants se rassemblent autour du binôme problème/solution.

Un des risques classiques de la gestion de projet, c’est la relation client-fournisseur. J’avais demandé ceci, dira l’un. Votre idée est débile, dira l’autre. Le problème se déplace sur les rapports inter-personnels. Avec cette question basique, les parties s’assoient côte à côte en face du problème et vont s’unir pour le résoudre. Pour reprendre l’analogie du foot, plutôt que de chercher à se marquer des buts l’un à l’autre, une équipe se met en place. Chacun joue son rôle. La victoire sera celle de l’équipe ou ne sera pas.

Essayez et revenez partager votre expérience réussite.

Enregistrer